Compagnies d'assurance maladie: pas de traitement du cancer à l'étranger



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les compagnies d'assurance maladie n'ont pas à payer pour des services de diagnostic spéciaux à l'étranger

Les compagnies d'assurance maladie obligatoires n'ont pas à payer les frais de traitement pour les diagnostics spéciaux à l'étranger. Un plaignant avait auparavant fait réaliser un diagnostic de cancer par un médecin néerlandais et avait ensuite demandé les frais auprès de sa caisse maladie. La caisse enregistreuse avait nié la prise en charge des frais de diagnostic. Le patient s'est ensuite présenté au tribunal.

Les compagnies d'assurance maladie statutaires n'ont pas à payer les frais spéciaux pour les examens à l'étranger, juge le premier Sénat du Tribunal social de l'État de Hesse. Les assureurs maladie ne doivent payer que les traitements ou méthodes d'examen qui sont également enregistrés dans le catalogue des prestations légales. Il existe des exceptions aux maladies potentiellement mortelles, mais seulement s'il n'y a pas d'alternatives raisonnables disponibles qui répondent aux "normes médicales généralement reconnues", ont déclaré les juges. Les juges ont expressément souligné qu'il n'y avait aucune prétention à "une médecine de premier ordre à tout prix".

Dans ce cas précis, un homme de 74 ans du sud de la Hesse a eu un diagnostic IRM spécial réalisé en 2005, qui n'est proposé que par un médecin néerlandais. Avec l'USPIO-MRT, même de minuscules métastases ganglionnaires peuvent être identifiées à l'aide de minuscules particules de fer, ce que d'autres procédures de diagnostic évitent. Les frais de diagnostic s'élèvent à 1 500 euros.

La compagnie d'assurance maladie a rejeté une demande correspondante de remboursement des frais au motif que "le diagnostic spécial n'est pas un service contractuel". Cependant, le plaignant a souligné que l'enquête "avait évité une intervention chirurgicale susceptible d'avoir entraîné l'incontinence et l'impuissance." Cependant, le tribunal a rejeté la plainte au motif que les compagnies d'assurance maladie n'avaient pas à tout payer pour Servir à restaurer la santé. Les polices d'assurance maladie sont plutôt basées sur le catalogue des prestations prescrites (numéro de dossier: L 1 KR 298/10). Le tribunal social de l'État n'a pas approuvé l'appel. (sb)

Image: Peter Kirchhoff / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Le futur du traitement des varices


Article Précédent

Test de langue pour les médecins étrangers

Article Suivant

Vuvuzela peut déclencher des kystes sur la glande thyroïde