DAK: Le nombre de césariennes augmente rapidement



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

DAK: Le nombre de césariennes augmente rapidement

Le fait qu'en Allemagne, selon les données actuelles de la compagnie d'assurance maladie DAK, un bébé sur trois naisse par césarienne (Sectio caesarea) suscite des discussions. Surtout, il est considéré comme problématique qu'il y ait de plus en plus de "vœux pieux".

Une césarienne demandée signifie que la femme peut accoucher par le canal génital, mais préfère que le bébé soit amené par césarienne. Une des raisons semble être la peur de la douleur pendant l'accouchement. Des complications telles qu'une déchirure périnéale (la pièce entre l'anus et l'utérus) ou d'éventuels problèmes ultérieurs de miction pourraient également en être la cause. De plus, tout peut être mieux planifié avec la césarienne souhaitée deux semaines avant la date officielle d'accouchement.

Les chiffres officiels indiquent que le nombre de césariennes en Allemagne est passé de 15 pour cent en 1991 à plus de 30 pour cent maintenant. Il y a environ 40 ans, le taux était de 7%. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) ne recommande qu'un pourcentage maximum de 15 pour cent par pays pour les césariennes.

En attendant, les procédures anesthésiques et chirurgicales pour les césariennes sont si sophistiquées que la procédure est considérée comme inoffensive. Mais l'expert DAK, le gynécologue Dr. Christiane Kutter-Deest, souligne que des complications telles que des saignements, des infections et des incidents pendant l'anesthésie, comme pour toute autre intervention chirurgicale, peuvent apparaître.

Le DAK déclare que «même des années plus tard, les femmes affectées souffrent de douleur ou de l'expérience d'accouchement manquée». Cette position est également représentée par le médecin de Düsseldorf Katrin Mikolitch. En raison de la fréquence des plaintes après des opérations de césarienne, elle a fondé le «réseau des césariennes». Il offre une éducation et une aide aux femmes touchées et aux thérapeutes qui travaillent sur le terrain. Elle critique également, entre autres, que les femmes ne sont toujours pas suffisamment informées de la procédure et des conséquences possibles dans la perspective d'une césarienne. (Thorsten Fischer, ostéopathie naturopathe, 10.03.2010)

Côté du réseau césarien
Cours actuel avec Katrin Mikolitch à Hanovre

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Une nouvelle césarienne plus douce


Article Précédent

Test de langue pour les médecins étrangers

Article Suivant

Vuvuzela peut déclencher des kystes sur la glande thyroïde